Politique Toutes les informations

RDC-Procès 100 jours : Voici les 5 faits marquants, selon Filimbi

A travers un communiqué parvenu à 7sur7.cd, ce lundi 8 juin, le mouvement citoyen Filimbi attire l’attention de l’opinion sur cinq faits majeurs qui ont marqué le procès 100 jours.

Il exige que les clarifications soient apportées, les responsabilités individuelles  établies et que les sanctions pénales et administratives appropriées soient prises.

Ci-dessous  les faits que Filimbi qualifie d’extrêmement graves en rapport avec  la gestion des fonds alloués au programme d’urgence de 100 jours.

1. Le non respect de la chaîne des dépenses publiques ;

” Suivant les déclarations successives des anciens ministres des Finances, du Budget, ainsi que celles du gouverneur de la Banque centrale du Congo, les dispositions de la loi sur les finances publiques n’ont pas été respectées dans le cadre des décaissements, équivalent à plus de 200 millions USD en rapport avec le programme d’urgence de 100 jours”, indique ce communiqué.

2. L’utilisation des réserves de change ;

” Les conséquences économiques immédiates d’une telle action sont, la dévaluation de la monnaie locale, l’augmentation du coût des importations, la baisse de la croissance, la baisse des dépenses publiques, l’augmentation  des prix qui implique une réduction de la consommation et de l’investissement et, enfin, la hausse du chômage”, renseigne ce mouvement citoyen.

3. Les contradictions sur le montant total décaissé

“Au lieu de 75 millions USD à l’entreprise Samibo Sarl pour la construction de 1500 maisons préfabriquées, le Conseiller principal du président de la République Marcellin Bilomba a déclaré que le montant total décaissé serait plutôt de 66 700 000 USD. Nous estimons que la Cour aurait du, toutes affaires cessantes, rappeler le gouverneur de la BCC pour apporter des clarifications”, plaide Filimbi.

4. Des graves violations de la réglementation bancaire ;

” Plusieurs actes volontaires et complices ayant gravement violé la réglementation bancaire ont été posés par la BCC et la Rawbank”, précise ledit communiqué.

5. La violation de la loi relative aux marchés publics

” Au-delà de la violation des conditions d’octroi d’un marché de gré à gré, le marché octroyé à l’entreprise Samibo Sarl a également violé plusieurs aspects de la loi sur les marchés publics”, a déclaré le communiqué.

Loin d’être un procès politique, Filimbi affirme que ce procès est celui du peuple congolais contre un système prédateur qui perdure depuis des décennies.

Il invite les magistrats à mener des enquêtes et à fixer d’autres procès sur des affaires relatives au marché des passeports, au site agricole Bukanga Lonzo, à la Gecamines, la Ceni, les ” Lumumba Papers” et d’autres.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *