Close
Actualités, info, politique, news en direct, sportive
SOCIETY PRESS

7 mois après la passation de pouvoir entre J.Kabila et Fatshi : La disparition du Boeing avion présidentiel inquiète

Près de huit mois après la passation dite « pacifique et civilisée » de pouvoir entre l’ancien chef de l’Etat Joseph Kabila et le nouveau Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, celui-ci se voit obligé d’affréter un jet privé pour effectuer ses voyages officiels à l’étranger, car ne disposant pas d’avion présidentiel. Cette situation qui ne manque d’avoir une incidence malheureuse sur le trésor public pousse plusieurs Congolais à s’interroger sur la disparition de l’avion présidentiel Boeing 707-138B acheté avec l’argent du trésor public sous le règne du président Laurent-Désiré Kabila et que Joseph Kabila a également utilisé durant ses 18 ans de règne.

A l’arrivée de Félix Antoine Tshisekedi au pouvoir, à en croire le site deskeco.com, le successeur de Joseph Kabila est contraint, pour se rendre à l’étranger, d’utiliser le Dassault Falcon 900 EX immatriculation F-HREG, soit le même appareil qu’avait eu à utiliser Ramazani Shadary, candidat du FCC à la dernière présidentielle, lors de sa campagne électorale, affirme deskeco.com qui fait allusion à une source proche de l’aviation civile congolaise.

Quelques temps après, le nouveau Chef de l’Etat congolais a dû se rabattre sur la société Vista Jet pour effectuer ses déplacements, avec le coût que cela représente pour le pays. Face à cette situation, des organisations de la société civile sont montées au créneau pour exiger que soit tirée au clair la cause de la disparition du Boeing présidentiel qu’utilisait Joseph Kabila durant son règne. Surtout que cet appareil avait été acheté avec l’argent du Trésor public.

De l’acquisition du B707-138B

Pour rappel, c’est en 1998 que le Gouvernement congolais avait acquis un avion présidentiel, le Boeing 707-138B (MSN 64 | 9Q-CLK). Aéronef congolais qui avait été acheté à l’initiative de Laurent-Désiré Kabila, le père de l’ex-président Joseph Kabila, quelques mois après son accession au pouvoir et qui l’avait utilisé jusqu’à son assassinat en janvier 2001, indique une source proche de feu Président congolais que Deskeco.com affirme avoir contactée.

Après la mort tragique du Président Laurent-Désiré Kabila, le Boeing présidentiel 707-138B (MSN 64 | 9Q-CLK) sera utilisé par Joseph Kabila pour les vols internationaux. Cet avion, précise-t-on, faisait partie des 13 appareils uniques construits pour Qantas (QF) en 1959.
Le 20 août 2007, l’avion présidentiel B707 fut acheminé en Afrique du Sud pour un entretien. L’appareil avait été confié à la compagnie sud-africaine FAAircraft Interiors & Exteriors, située à Lanseria pour un remodelage intérieur complet. L’entretien fut achevé le 25 septembre 2007.

En 2010, après la découverte des traces de corrosion sur le train d’atterrissage avant de l’aéronef, ce dernier fut acheminé à Miami pour une restauration en profondeur. L’avion fut complètement restauré et avait été repeint avec les couleurs emblématiques que sont celles du dreamliner B787. Pour le parachèvement de l’entretien, le trésor public avait débloqué environ 2 millions USD en 2012, indique le site Deskeco.com qui dit avoir reçu cette précision d’un ancien conseiller au ministère des Finances.
Après sa restauration, l’appareil avait pris le chemin de Kinshasa le dimanche 29 janvier 2013 pour être livré à son « propriétaire », l’ex-président Joseph Kabila.

Il sied de noter que le B707 était généralement utilisé par le Président Kabila pour les longs déplacements ou les vols intercontinentaux, tandis qu’un autre appareil, le B727, était essentiellement utilisé pour les déplacements intérieurs ou de courte durée.
Plus récemment, il a pris le président Joseph Kabila de Kinshasa à New York, pour une conférence de l’ONU en 2014 et à Paris deux fois pour des engagements officiels ainsi qu’une récente visite à Pékin en septembre 2015.

Des origines du B 707-138 B

Ce classique Boeing 707-138 B (9 Q-Clk) du Gouvernement de la République Démocratique du Congo a été construit en 1959 et fonctionne en configuration VIP. D’abord exploité par Qantas (VH-Ebg) en 1959, puis par l’aigle britannique en 1968, avant les Lakers en 1969. Puis il est passé à Charlotte Aircraft Corporation en 1978 en tant que n600jj, puis à n707sk en 1987 devenu 9 Q-commis en 1998, lorsqu’il a été acquis par le Gouvernement Congolais en tant que transport aérien du Président de la République.

Lorsqu’il a commencé ses vols de passagers, ce B707 était équipé de sièges pour 192 personnes à bord et propulsé par quatre Pratt Pratt & Whitney Jt3d-3 B. Un récent lay-over de près de trois ans sur le terrain à Miami pour un programme complet d’entretien et de maintenance a vu le Boeing classique repeint aux «couleurs d’entreprise Boeing» parfaitement appropriées. Il est en bon état et fonctionne parfaitement bien. Après la remise et reprise entre le nouveau et l’ancien président de la République, cet aéronef est censé être remis entre les mains du nouveau pouvoir, de l’avis de certains acteurs de la société civile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Commentaire
scroll to top